Comment devenir rédacteur web ?

Comment devenir rédacteur web ?

Vous aimez écrire et vous voudriez faire de cette passion votre métier ?

Bienvenue sur “Bulldoz”, vous êtes ici chez vous 🙂

Mais pas de précipitation ! Avant de vous lancer en tant que professionnel, vous devez d’abord acquérir une multitude de compétences en rédaction, en marketing et en entrepreneuriat.

Voici les principaux point à travailler, vous devez :

  • Savoir rechercher beaucoup de connaissances sur un sujet (n’importe lequel !), à les analyser et à les exploiter.
  • Vous exercer à rédiger de façon claire et intéressante, tout en délivrant une information de qualité.
  • Assimiler de nombreuses notions de marketing.
  • Vous intéresser de près au SEO et plus généralement au référencement web.
  • Maîtriser les techniques d’écriture liées au web (optimisation sémantique, structure détaillée, etc.).
  • Réusir à adapter votre style d’écriture à chacun de vos clients.

Si vous parvenez à acquérir toutes ces compétences alors vous deviendrez une rédactrice ou un rédacteur de choc. Vous aurez de grandes chances de tirer votre épingle du jeu dans un marché ultra-concurrentiel (c’est bien connu, n’importe qui peut être rédacteur, vu qu’il suffit de savoir écrire…).

Il y a beaucoup de compétences à acquérir pour devenir un rédacteur web !

Quelques ressources pour bien démarrer

Voici déjà des ressources qui devrait vous aider à bien démarrer (mais lisez quand même la suite de cet article car je vous donne aussi pas mal de billes 😉 )

Bien démarrer en rédaction web

Un bon livre : “Bien rédiger pour le web” de Isabelle Canivet est une bonne introduction au métier.

Une bonne chaîne YouTube : Audrey Clabeck.

Un bon groupe Facebook : Réseau rédacteur Web SEO français – commande, stage, évènement, entraide.

Pratiquez ! Créez un blog sur le sujet de votre choix. Votre objectif : rédiger des articles de qualité professionnelle 🙂

Bien démarrer en marketing

Un bon site : Définitions marketing de Bertrand Bathelot.

Pratiquez ! Créez un compte sur le réseau social de votre choix et faites y la promotion de vos articles de blog. Votre objectif : attirer des visiteurs et interagir avec vos lecteurs 🙂

Bien démarrer en SEO

Un bon livre : “Référencement Google, mode d’emploi” de Olivier Andrieux.

Un bon site pour les débutants : WebRankInfo et son forum d’entraide pour avoir des conseils de la part de spécialistes.

Un fois que vous connaitrez les bases du SEO, vous pourrez aller plus loin grâce au blog d’Aurélien Bardon.

Pratiquez ! Choisissez un mot-clé lié au sujet de votre blog. Rédigez un article dédié et optimisez-le pour Google. Votre objectif : être en première page sur ce mot-clé sur Google.

Quand vous aurez déjà vu, pratiqué et réussi tout ça, vous aurez déjà bien progressé 🙂

Combien gagne un rédacteur web ?

Comme vous pouvez le voir, le chemin peut-être long avant de devenir un bon rédacteur web !

Un rédacteur moyen peut espérer gagner… à peine le SMIC 🙁 Hélas, le marché est très très concurrentiel. Beaucoup de monde voit dans la rédaction web un moyen de conversion facile pour “bosser chez soi sans trop se fatiguer”.

Les meilleurs rédacteurs web ne font pas seulement de la rédaction : ils connaissent des techniques de référencement avancées et sont des “marketeux” aguerris. En plus de rédiger des bons textes, ces experts sont donc aussi capables de vendre des conseils à leurs clients… qui peuvent être facturés plusieurs milliers d’euros par mois.

N’espérez pas rejoindre cette élite en quelques semaines… des années d’expérience et de pratique sont indispensables pour atteindre ce niveau. Ils communiquent énormément sur leurs blogs et sur les réseaux sociaux. Ils proposent aussi des conférences pour partager leur savoir. Bref, ils bossent dur 😉

La rédaction web ne vous rendra pas riche rapidement.

Connaître vos propres points forts

Compte tenu du fait qu’il n’existe pas (encore) de cursus pour devenir rédacteurs web (savoir écrire suffit), il est important de miser sur ses propres points forts pour trouver sa voie :

  • Avoir un bon niveau de culture générale.
  • Aimer apprendre et découvrir de nouveaux thèmes.
  • Mettre à profit ses précédentes expériences professionnelles pour proposer votre expertise.

Ces choses-là ne s’apprennent pas, même en suivant une formation pour devenir rédactrice ou rédacteur web. Même si le B.a-ba du métier vous est enseigné, rien ne remplacera les solides connaissances que vous aurez pu acquérir au fil de votre vie et dans votre carrière professionnelle.

Débuter une nouvelle activité aussi vaste en termes de possibilités, que permet la rédaction web, demande un minimum de spécialisation. Votre précédente activité professionnelle vous aura certainement permis de vous forger une expérience et un certain savoir sur le secteur d’activité dans lequel vous avez évolué.

Donc, le premier des conseils, qui vous sera très utile pour vivre de la rédaction web : faites valoir votre savoir-faire et vos connaissances acquises au fil de votre carrière. Ce seront de précieux atouts face à vos futurs clients.

Comment est-ce qu’on apprend à devenir rédacteur web ?

Vous envisagez de suivre une formation qui vous permettra de devenir rédactrice ou rédacteur web ?

C’est plutôt une bonne idée, mais attention, une formation ne vous prépare pas à tout ce qui vous attend.

Très souvent, les formations sont axées sur l’enseignement des aspects techniques de l’écriture web, mais elles ne préparent pas forcément à devenir travailleur freelance. Il faut savoir que la grande majorité des rédacteurs web sont auto-entrepreneurs. Ce statut suppose que l’on doit être sur tous les fronts à la fois :

  • Prospecter pour trouver ses clients.
  • Rédiger les articles commandés.
  • Travailler sa notoriété.
  • Assurer la gestion de sa comptabilité.

Il faut avoir conscience de tous les efforts que demande le statut de travailleur freelance.

Les formations apprennent surtout l’aspect technique du métier

Commencez par travailler sur une plateforme de rédaction web

Pour éviter de se disperser et de courir dans tous les sens, certains rédacteurs préfèrent débuter en s’inscrivant sur une plateforme. Il en existe beaucoup, mais la plupart d’entre elles ne permettent pas de gagner beaucoup d’argent, ni de vous constituer un portefeuille de clients. Cependant, elles font économiser beaucoup de temps en prospection et en gestion. Tout est centralisé.

Je recommande souvent aux débutants de se “faire la main“ sur ces plateformes pendant quelques temps. Le travail y est souvent mal payé, mais cela permet de tester le métier et de savoir si la rédaction web est faite pour vous (ou l’inverse). Cependant, il faut savoir s’en affranchir au bout de 2 ou 3 mois, pour se lancer dans le grand bain.

Si vous vous sentez l’âme d’un rédacteur et d’un entrepreneur du web, alors foncez !

Préférez les plateformes qui ne prennent pas de commission

Bulldoz vous permet de vous créer une fiche où votre profil apparaîtra (cliquez ici pour vous inscrire, c’est gratuit 😉 ). Vous pouvez y renseigner vos domaines de prédilections et faire valoir votre savoir-faire.

L’avantage est qu’aucune commission ne vous sera demandée. Chaque rédactrice et chaque rédacteur peuvent y fixer leur tarif librement. Les référenceurs et les potentiels clients peuvent ainsi vous contacter directement et commencer à travailler avec vous.

C’est un moyen facile de profiter d’une meilleure visibilité.

A savoir : vous êtes libre de ne pas utiliser la plateforme 🙂

Créez-vous votre propre blog

A défaut de pouvoir demander à vos clients de parler de vous (surtout si vous n’en avez pas encore !), mettez votre savoir-faire en avant.

En vous créant un blog, vous alimenterez un portfolio que les prospects pourront consulter (lisez cet article pour être contacté par de bons clients). Mettez-y tout votre cœur, ce sera votre vitrine !

Au-delà de montrer vos compétences, vous serez tenu de vous intéresser au référencement (le fameux SEO). Pas de SEO, pas de visibilité !

En jouant sur les deux tableaux (rédaction et SEO), vous allez pouvoir acquérir une expérience intéressante. Apprendre à maintenir un site web et à le rendre populaire va vous permettre de devenir plus performant en tant que rédacteur. Vous saurez précisément à quoi servent vos textes et comment optimiser votre travail.

Vous allez vite vous rendre compte que la rédaction web est importante pour exister en ligne, mais qu’un tas de paramètres sont à prendre en compte pour qu’un site soit bien référencé. Le rédacteur qui sait ça a déjà une longueur d’avance sur bon nombre de ses collègues…

Les plateformes permettent de démarrer rapidement, mais il vaut mieux s’en affranchir dès que possible

La curiosité n’est pas un vilain défaut pour devenir rédacteur web, au contraire !

Il faut avoir conscience que ce métier demande d’être polyvalent. Un jour vous écrirez pour un blog de jardinage, le lendemain vous rédigerez des fiches pour un e-commerce qui vend des combinaisons de plongée !

Il faut donc être capable de passer du coq à l’âne facilement en restant pertinent. La soif d’apprendre est essentielle et il ne faut pas considérer que vous en savez déjà assez. On n’en sait jamais assez !

En vous intéressant à de nombreux sujets, vous augmenterez vos chances de vendre vos services à de plus de clients potentiels. Pour ça, lisez, scrutez et cherchez !

Savoir chercher et trouver les bonnes sources

La pertinence de la recherche va conditionner la qualité de l’information délivrée.

Pour trouver des sources intéressantes et ne pas se contenter de faire du réchauffé de ce qu’on trouve partout en ligne, il faut être un peu rusé…

Considérez tous les supports comme de potentielles sources d’information. Bien évidemment, allez voir ce que font les concurrents de votre client et prenez la température en notant les thèmes récurrents. Il vous faudra certainement les traiter, mais en tachant de livrer les petites anecdotes ou la petite info sortie de derrière les fagots.

Les sources d’informations utiles

Pour y arriver, il faut savoir faire feu de tout bois (fagot, bois, vous l’avez ?) :

  • YouTube peut être très utile selon le domaine traité. Ecoutez des vidéos en arrière-plan pendant que vous passez des sites web en revue.
  • Les podcasts : écouter des interviews de professionnels peut s’avérer très enrichissant et vous donner des renseignements très précieux.
  • Les forums : les sites web sont souvent gérés par des SEO, ils seront donc standardisés. Sur les forums, se sont souvent des passionnés qui échangent et ils savent énormément de choses très intéressantes et souvent très pointues.
  • Les livres : eh oui, on en revient aux bons vieux livres ! Ils contiennent des informations que l’on ne trouve pas forcément en ligne. Si vous avez convenu d’une collaboration au long cours avec un client, acheter quelques livres qui traitent de son domaine d’activité peut s’avérer aussi intéressant que rentable.

Ne vous contentez pas simplement de naviguer 15 min sur le web avant de vous lancer dans l’écriture. Soyez aussi curieux que possible, votre travail n’en sera que meilleur. Sortez des sentiers battus, votre client appréciera forcément.

Passons maintenant aux spécificités de l’écriture web.

Les livres restent les meilleures sources d’informations !

Ecrire pour le web demande des compétences particulières

Un bon contenu doit répondre à différents critères :

  • Une structure détaillée : on utilise le balisage Hn pour structurer sa rédaction. Titres et sous titres doivent vous aider à construire votre texte. On évite les gros pavés indigestes, sinon les lecteurs décrocheront vite.
  • On optimise sa rédaction : l’optimisation sémantique est le propre de la rédaction web. Il faut connaître et maîtriser les bons outils pour un résultat optimal.
  • On n’oublie jamais que l’on fait du marketing : votre contenu doit séduire, fidéliser ou vendre. Donc, tachez d’y penser en permanence.
  • On livre de la valeur ajoutée : chaque contenu doit permettre aux internautes de trouver quelque chose de différent ou de plus exhaustif que ce que l’on trouve habituellement en ligne.

Chacun de ces points est important. Qui souhaite devenir rédactrice ou rédacteur web doit en avoir conscience.

Une fois un texte rédigé, il faut avoir envie de le faire lire à sa mère ! Si c’est le cas, il y a de grandes chances que le contenu en question soit bon. Souvenez-vous de ce conseil, il vous aidera à juger la qualité de votre rédaction.

Comprendre à qui s’adresse son contenu et pourquoi

Avant de se dire « je vais devenir rédacteur web freelance » et de se lancer, il faut comprendre quelques petits trucs essentiels :

  • La rédaction web ne sert pas simplement à « remplir un site ».
  • Il ne suffit d’aimer écrire pour devenir bon (une bonne plume ça aide quand même !).
  • On n’attend pas de la prose de la part d’un rédacteur, mais plutôt d’être bon en marketing.

Le contenu web fait partie d’une stratégie globale (marketing / SEO / branding). En réalité, il en est la mise en forme, la vitrine en quelque sorte. C’est le contenu qui véhicule les valeurs d’une entreprise, la valeur ajoutée d’un produit, et qui permettra de se démarquer de la concurrence.

L’écriture web doit s’adresser directement au lectorat d’un site ou d’un blog. Les textes doivent intéresser et donner de vraies informations.

Au-delà de la qualité de l’écriture et du ton, il faut savoir trouver les bons mots pour captiver son auditoire. Même si ça paraît évident, ce n’est pas toujours simple de faire mouche.

Epatez vos lecteurs !

Le rédacteur web doit rendre son client visible sur Google !

Chaque jour, des dizaines de milliers de contenus sont mis en ligne. Google en traite des quantités incroyables quotidiennement. Pourquoi considèrerait-il que vos articles sont meilleurs que les autres ?

Vu qu’un moteur de recherche est supposé délivrer une réponse pertinente aux questions des internautes, il doit « classer » tous les contenus qu’on lui propose, par ordre de pertinence et d’utilité.

La rédactrice ou le rédacteur web doit donc en avoir conscience. Il doit intégrer ce concept à son travail d’écriture. Au-delà de la qualité de sa plume et des informations qu’il délivre aux lecteurs, il doit enrichir ses textes pour les rendre visibles sur Google.

En résumé, être rédacteur web, ce n’est pas simplement « pondre » du texte au kilomètre ! Il faut intéresser ou convaincre les internautes, mais il faut aussi attirer l’attention de Mister Google ! Et pour arriver à s’attirer ses faveurs, il faut savoir optimiser un texte.

L’optimisation sémantique : une de spécificités de l’écriture web

Quand on écrit pour internet, on ne pense pas qu’aux lecteurs, on pense aussi aux moteurs de recherche.

Des robots parcourent le web tous les jours, on dit qu’ils “crawlent“ le web. De cette façon, Google crawle des quantités incroyables de pages au quotidien, puis il les classe dans son index.

Mais comment et pourquoi écrire pour des robots ?!

Il faut savoir que chaque page est « jugée » et analysée par des algorithmes.

A défaut de pouvoir « comprendre » un texte, les moteurs de recherche se focalisent sur la pertinence et la cohérence du contenu. C’est la densité et la richesse du champ sémantique qui montreront à Google qu’on sait de quoi on parle.

Le SEO est un élément capital de la rédaction web.

Pas de souci, j’ai mis plein de mots clés importants, mon texte est optimisé !

Attention, ce n’est pas si simple !

Le concept de mot clé est à utiliser avec prudence, surtout lorsque l’on parle d’optimiser un texte…

Un mot clé est une expression qui représente un potentiel de visites.

Par exemple, l’expression « rédaction web » est recherchée un peu plus de 700 fois/mois en France sur Google. Ecrire un texte pour se positionner sur cette expression va demander d’optimiser son contenu. Il ne suffira pas de répéter « rédaction web » 50 fois pour que Google se dise « Wahou, classe le texte ! »… Au contraire, cela pourrait provoquer l’effet inverse ! On parle alors de « keyword stuffing ».

Il va falloir être plus malin et utiliser tout un lexique en rapport avec la thématique. Pour notre exemple de « rédaction web », il faudra parler de « rédacteur web », de « contenu », de « site web », de « SEO », de « référencement », mais également citer les mots « métier », « marketing », ou « référencement ». Bref, il va falloir construire tout un univers sémantique en rapport à la requête visée.

Le rédacteur peut tenter de le faire « au doigt mouillé », mais dans ce cas, difficile de savoir quel sera l’impact. Une approche plus professionnelle va consister à utiliser un outil (comme 1.fr ou YoutTexteGuru) qui vous permettra d’optimiser votre écriture selon ce qu’attend Google.

On ne peut améliorer que ce qu’on peut mesurer

N’oubliez jamais cette phrase !

C’est précisément ce que permettent les outils d’optimisation sémantique : ils analysent les textes déjà positionnés sur l’index de Google et décortiquent leur contenu.

Cette analyse va permettre d’extraire des lexies récurrentes, de les classer par ordre d’importance, pour ensuite les proposer aux rédacteurs web. Ces mots et expressions devront être insérés et répétés de façon aussi naturelle que possible pour rédiger leurs textes.

C’est ce que font YourtextGuru et 1.fr par exemple. Ces deux outils permettent d’enrichir son écriture et de donner à chaque page plus de poids pour « séduire » Google. Bien utilisés, ils confèrent une vraie plus-value au contenu !

Résultat : un meilleur positionnement potentiel, donc un meilleur référencement.

C’est un des points essentiels du métier de rédacteur web. Au-delà de la pertinence de chacun des articles écrits, la rédactrice ou le rédacteur est capable de les optimiser de façon à améliorer le référencement de son client sur internet.

Un journaliste ou un auteur ne ferait jamais ça ! Normal, leur visibilité ne dépend pas de l’analyse algorithmique de leur écriture. C’est donc une véritable spécificité du métier de rédacteur web. On optimise ce que l’on écrit.

Un bon professionnel a de bons outils

En résumé, pour devenir rédacteur web, il faut être persévérant et polyvalent !

Comme vous l’aurez compris, libre à vous de suivre ou non une formation. Vous pouvez parfaitement chercher en ligne et lire un tas de blogs qui traitent de la rédaction web. Beaucoup vous permettront de saisir les bases du métier.

L’essentiel est que vous compreniez bien :

  • Comment se construit un texte
  • Comment trouver des informations pertinentes
  • Comment les transmettre à vos futurs lecteurs

Intéressez-vous au SEO, c’est un domaine en perpétuelle évolution. Vous tenir informé vous permettra de vous adapter. Approfondissez l’apprentissage de l’optimisation sémantique et de méthodes de travail spécifiques.

S’il est vrai que rédacteur web est un métier qui a le vent en poupe, il faut savoir que la concurrence est rude. C’est la raison pour laquelle il faut se différencier, se former sans cesse et ne pas se contenter d’attendre d’être contacté.

Il faut faire du bruit ! Réseaux sociaux, plateformes, blog sont autant de supports et de moyens de communiquer avec vos potentiels clients.

Attention à ceux qui croient qu’être rédacteur freelance permet de travailler de chez soi sans se fouler ! C’est une erreur grossière.

Certes, vous ne serez pas tenu de bouger de chez vous, mais il va falloir travailler dur. Rien ne va vous tomber tout cuit dans le bec ! Il va vous falloir vous motiver tous les jours pour écrire des milliers de mots…

Si vous êtes curieux par nature, que vous aimez les défis, et qu’en plus vous aimez écrire, alors tentez le coup. On peut très bien vivre de la rédaction web, mais comme dans de nombreux autres métiers, la persévérance et l’opiniâtreté feront la différence.

Travailler à la maison, ça ce mérite !

Pour rappel, vous trouverez plein de ressources pour bien démarrer tout en haut de cet article !

Ce texte a été rédigé avec amour par Baptiste Guiraud, merci à lui 🙂

Cet article a été mis en page et “dynamisé” avec amour par François Tréca, merci à moi-même 😉