Sur Bulldoz, un client achète un texte, pas des mots

Sur Bulldoz, un client achète un texte, pas des mots

Il y a un point important à bien comprendre lorsqu’on est rédacteur sur Bulldoz : un client achète un texte, pas des mots. La nuance peut paraître minime, mais elle a un impact important sur la facturation.

Le prix d’un texte est proposé par le client

Lorsqu’un client commande un texte, il saisit deux informations importantes :

  • Le prix qu’il propose pour la rédaction du texte.
  • Le nombre de mots minimum qu’il souhaite.

Par exemple, un client peut proposer 60 € pour la rédaction d’un texte contenant au minimum 1000 mots.

A noter : Nous recommandons aux rédacteurs et aux clients de toujours négocier le prix d’un texte AVANT de passer une commande.

Prix minimum du rédacteur

Le client est libre de proposer un prix pour la rédaction d’un texte, néanmoins si le rédacteur a défini un prix minimum pour 100 mots, le client n’a pas possibilité de proposer moins : sa commande sera bloquée par l’interface.

Par exemple, si le prix minimum défini par le rédacteur est de 5 € par 100 mots alors un client ne pourra pas proposer 30 € pour un texte de 1000 mots.

Acceptation du texte par le rédacteur

Une fois que la commande est passée, le rédacteur peut accepter ou refuser de rédiger ce texte pour le prix proposé par le client, en tenant compte du nombre de mots minimum demandé.

Livraison du texte

Le rédacteur peut livrer le texte uniquement si le nombre de mots minimum demandé est atteint (voir comment les mots sont comptés sur Bulldoz).

Cependant, il est possible de forcer la livraison d’un texte, même si le nombre minimum n’est pas atteint. Dans ce cas, le client sera prévenu qu’il manque des mots.

Facturation

Le texte doit être facturé au prix que le rédacteur a accepté.

Si le texte contient plus de mots que le minimum, les mots supplémentaires ne pourront pas être facturés.

Par exemple, si le client a commandé un texte de minimum 1000 mots pour 60 €, le rédacteur ne peut pas facturer plus, même si le texte qu’il a livré fait 1433 mots.

C’est à ce moment que la nuance “vendre un texte” ou “vendre des mots” prend tout son sens.